Histoire du téléphone

Au cours des années 1870, deux inventeurs bien connus ont tous deux conçu de façon indépendante des dispositifs qui pouvaient transmettre le son le long des câbles électriques.

Retrouvez dans ce test les comparatifs des meilleurs téléphones senior.

Ces inventeurs étaient Alexander Graham Bell et Elisha Gray. Les deux dispositifs ont été déposés à l’office des brevets en l’espace de quelques heures l’un de l’autre. Il s’ensuivit une âpre bataille juridique au sujet de l’invention du téléphone, que Bell gagna par la suite.

Le télégraphe et le téléphone ont un concept très semblable, et c’est grâce aux tentatives de Bell d’améliorer le télégraphe qu’il a eu du succès avec le téléphone.

Le télégraphe avait été un système de communication très efficace pendant environ 30 ans avant que Bell ne commence à faire des expériences. Le principal problème du télégraphe était qu’il utilisait le code Morse et se limitait à envoyer et à recevoir un message à la fois. Bell avait une bonne compréhension de la nature du son et de la musique. Cela lui a permis de percevoir la possibilité de transmettre plus d’un message sur le même fil à la fois. L’idée de Bell n’était pas nouvelle, d’autres avant lui avaient envisagé un télégraphe multiple. Bell a proposé sa propre solution, le “Harmonic Telegraph”. Ceci était basé sur le principe que les notes de musique pouvaient être envoyées simultanément sur le même fil, si la hauteur de ces notes différait.

Vers la fin de 1874, l’expérience de Bell avait suffisamment progressé pour lui permettre d’informer les membres de sa famille immédiate de la possibilité d’un télégraphe multiple. Le futur beau-père de Bell, l’avocat Gardiner Green Hubbard, a vu l’occasion de briser le monopole exercé par la Western Union Telegraph Company. Il a donné à Bell l’appui financier nécessaire pour lui permettre de poursuivre son travail de développement du télégraphe multiple. Toutefois, Bell a omis de mentionner que lui et son complice, un autre jeune électricien brillant, Thomas Watson, développaient une idée qui lui est venue à l’esprit pendant l’été. Cette idée était de créer un appareil capable de transmettre électriquement la voix humaine.

Bell et Watson ont continué à travailler sur le télégraphe harmonique sur l’insistance de Hubbard et de quelques autres bailleurs de fonds. Au cours de Mars 1875 Bell a rencontré un homme appelé Joseph Henry à l’insu de Hubbard. Joseph Henry était le directeur respecté de la Smithsonian Institution. Il a écouté attentivement les idées de Bell et lui a offert des mots d’encouragement. Bell et Watson ont tous deux été encouragés par les opinions d’Henry et ont poursuivi leur travail avec encore plus d’enthousiasme et de détermination. En juin 1875, ils réalisèrent que leur objectif de créer un appareil capable de transmettre électriquement la parole serait bientôt atteint. Leurs expériences avaient prouvé que différentes tonalités pouvaient faire varier la force d’un courant électrique dans un fil.

Il ne leur restait plus qu’à construire un appareil avec une membrane appropriée capable de transformer ces sons en courants électroniques variables et un récepteur pour reproduire les variations et les retransformer en format audible à l’autre extrémité. Au début de juin, Bell a découvert qu’en travaillant sur son télégraphe harmonique, il pouvait entendre un son sur le fil. C’était le son d’un ressort d’horloge qui vibrait. C’est le 10 mars 1876 que Bell va enfin réaliser le succès et le potentiel de communication de son nouvel appareil. Les possibilités de pouvoir parler d’un fil électrique dépassaient de loin celles d’un système télégraphique modifié, qui ne reposait essentiellement que sur des points et des traits d’union.

Selon l’inscription de Bell dans son carnet de notes pour cette date, il décrit son expérience la plus réussie à l’aide de son nouvel appareil, le téléphone. Bell a parlé à son assistant Watson, qui était dans la pièce à côté, par l’instrument et a dit : “M. Watson, venez ici, je veux vous parler.”